La visite du château de Brest







Le castellum gallo-romain a été construit au IIIe siècle. Il y avait 12 petites tours sur le mur du castellum.

Le castellum qui veut dire en latin, campement militaire, avait la forme d'un trapèze.

On reconnaît aujourd'hui ce mur très ancien parce que les pierres sont plus petites en bas qu'en haut. Celles du haut sont grosses et taillées. Il reste aussi l'empreinte d'une tour sur le mur et un cercle qui montre la taille d'une tour.





Les gallo-romains avaient construit le château en hauteur et près de la mer pour voir les ennemis qui arrivaient de la rade et du goulet.

Comme le château était en hauteur, ils avaient le temps de voir les bateaux et ainsi de se préparer à la défense du castellum.

La mer arrivait jusqu'au rocher au pied du château alors qu'aujourd'hui on a remblayé pour fabriquer le port de commerce de Brest.






La Tour Madelaine (et tous les murs du château) ont été chemisés (c'est à dire qu'on a ajouté des épaisseurs à différentes époques) pour s'adapter aux techniques des canons de plus en plus puissants.

Les murs font jusqu'à 7 mètres d'épaisseur.

On a disposé des pierres différentes: on voit que certaines sont petites et non taillées alors que d'autres, à une autre époque, sont grandes et taillées en forme de pavé.

A l'intérieur du mur, plus on va vers l'extérieur, plus les pierres sont grosses et taillées.

Les murs sont pleins c'est à dire qu'il n'y a pas d'espace, uniquement des pierres.





Vous pouvez constater, en regardant l'image, qu'un cavalier sur son cheval ne pourrait pas passer sous la porte; elle est trop basse. L'explication, c'est qu'on a rajouté de la terre et des remblais sur le chemin qui mène vers le donjon.


Sous nos pieds, il y avait des magasins, c'est à dire des grandes salles avec des entrepôts où on stockait de la nourriture, des armes, de la paille et des équipements pour les chevaux.

On ne peut malheureusement pas les visiter car ils ne sont pas sécurisés mais par des hublots en verre on devine des salles et des couloirs.

Il y avait aussi des oubliettes où on emprisonnait les ennemis capturés et qu'on oubliait!







Vauban a fait relier la Tour Anne de Bretagne et la Tour Nord du donjon par un grand mur qu'on appelle une travée, sinon c'était trop facile d'attaquer le donjon.

Le donjon a aussi été protégé par le Bastion Sourdéac et désormais l'enceinte du château est close.

De plus, Vauban a fait enlever les toits des tours pour y installer des créneaux derrière lesquels se tenaient des canons.





Un boulet de canon a rebondit et a laissé un impact mais ça n'a pas fait une trace profonde car le mur était trop épais.

Le boulet n'a laissé qu'une trace qui fait à peu près la moitié de sa taille.


Classe du CE2-CM1 

Retour